Techniques de fabrication de savon ou saponification

Qu'est-ce qu'un savon?

 

Un savon solide est le résultat de la saponification de corps gras et de solution de soude. Peu importe la méthode utilisée, la base c'est ça.

 

Je vous passe les explications compliquées et je vais vous le résumé à :

un  acide gras (aka corps gras)  c’est 3 glycérides et 1 glycérol. La soude c’est de l’hydroxyde de sodium (NaOH).

La saponification sépare les glycérides des acides gras pour former un « sel » d’acide gras (les glycérides + le sodium) qui est le savon et de la glycérine (glycerol + hydroxyde).

Chaque huile, une fois transformée en savon, va apporter différentes propriétés : durcissant, moussant, nettoyant, émollient etc …

L’art de la savonnerie est de travailler avec différentes huiles selon l’effet recherché.  Il existe plusieurs façon de fabriquer des savons : à froid, à chaud, à froid modifiée...

Les savons liquides ou pâteux comme le savon noir sont quand à eux préparés avec de la potasse à la place de la soude mais c'est grosso modo la même réaction chimique qui s'opère.

savons de marseille

La saponification à chaud :

 

C’est le cas des savons industriels en général , ainsi que des célèbres  savons de Marseille ou d’Alep.

On dit à chaud car ce sont des savons cuits au chaudron pendant plusieurs heures - voir des jours -  à des températures avoisinant les 120°c ou 170°c.

Pour réaliser ces savons, de grosses quantités de soude sont misent à cuire avec les huiles. Une fois la cuisson terminée la pâte est rincée à grandes eaux afin d’en extraire les surplus de soude. Malheureusement, la glycérine part avec. Ce qui fait que ces savons assèchent la peau et sont très durs.

 

Les savonneries dites de Marseille ou d’Alep sont intéressantes dans le sens où elles utilisent l’huile extraite des grignons d’olive. C’est-à-dire les restes des olives utilisées pour faire l’huile. C’est une forme de recyclage. Cependant ces savons restent agressifs pour la peau car cette méthode dénature la qualité des huiles et sont souvent non surgras.

 

Personnellement, j'aime bien le savon de Marseille pour nettoyer ma maison : détachant pour le linge, lessive maison, laver  les sols,laver  la vaisselle ...

Idem pour le savon d’Alep, qui n'est intéressant qu'à  partir de 30% ou 40% d'huile de baies de laurier présente dans le savon.

L’idéal est de réaliser des savons d’Alep à froid ( comme vous pouvez en trouver dans ma boutique ICI ) car il est dommage que cette huile si précieuse et bénéfique pour la peau soit cuite .

 

!! Attention aux savons industriels et bons marchés de grande surface !! 

qui sont parfois réalisés avec des graisses minérales (dérivé de pétrole) et contiennent des produits chimiques (dont la plupart sont toxiques et/ou cancérigènes), comme des produits moussants, des conservateurs, des colorants et parfums de synthèse.

Libre à vous d'en acheter si ces savons vous plaisent mais vérifier bien les étiquettes.

savon industriel

La refonte de bondillons de savons

 

On en croise plus souvent qu'on ne le pense! Une bonne partie des savons que l’on voit sur les marchés d’été sous la mention « savons artisanaux » sont souvent des savons réalisés avec des bondillons.

Les bondillons sont des billes de savons fabriquées bien souvent en chine à base d’huile de palme (en savonnerie à chaud) et contiennent des dérivés de pétrole style EDTA. Il en existe également des bio... 

C'est ce type de technique qu'utilisait l'huilerie que j'avais visité plus jeune. Cela ne m'avait pas plu de ne pas savoir d'où venait ces bondillons, ni de ne pas savoir comment réaliser ces savons de A à Z moi-même. Donc le « savonnier » met ces bondillons dans une machine, les colore, parfume et rajoute une petite huile en surgraissage. Le savon sort en boudin d'une machine, prêt à être découpé et vendu. C’est assez industriel comme technique et on ne fait pas vraiment du savon (même si à l'époque, on m'avait assuré du contraire et soutenu mordicus que les charlatans étaient les dits savonniers à froid).

Bien que très peu séduite par cette méthode, je peux comprendre l'attrait pour certain(e)s mais je trouve que ça enlève du charme aux savons dits artisanaux et trompe la clientèle qui pense acheter un produit sain et bon pour la peau.

Autre aaspect négatif : le " savonnier" n'a aucune liberté dans ses créations car il ne peut réaliser ses propres formules. Il n'agit que ses les ajouts comme les parfaums, les huiles essentielles ou l'huile de surgraissage.

savon soap

Le savon sans savon :

 

C'est un terme que j'ai un peu de mal à comprendre

 

On appelle "syndet",  aka synthetic detergent, le "savon sans savon" car il résulte de l'association de plusieurs tensioactifs de synthèse. Ce "pain dermatologique", terme à coloration médicale, a fait son apparition sur le marché de l'hygiène au début du XX siècle. Un pH adaptable (légèrement acide ou neutre) constitue son point fort. Il sera indiqué pour les sujets à peaux intolérantes et atopiques.

Là encore, ce sont souvent des tensioactifs issus de l'industrie pétrochimique donc j'en viens à me poser la question si c'est vraiment si adapté pour les peaux sensibles et quel est l'impact de la fabrication de ces syndets?